SIRET & MakerFaire

Ce week-end j’étais à Nantes avec les copains MakerSpace56 pour la MakerFaire, cette grande fête des bidouilleurs, des constructeurs, des bricoleurs… C’était vraiment très chouette!

Déjà le cadre idéal de la halle des machines de l’île, un projet tout à fait dans le thème de la foire et un décor super agréable comme on aimerait tous avoir dans nos villes.

Les rencontres et les découvertes

Surtout, cette expo est un super endroit pour saisir de nouvelles idées, des machines délirantes, des objets poétiques et des projets qui font rêver. Plusieurs fablab étaient présents, dont un nouvel atelier spécialisé en textile à Brest que j’aimerai aller visiter et dont je suivrai l’actualité.

Plusieurs robots qui dessinent m’ont fasciné, et comme beaucoup de participants partagent leurs plans je me dis que si j’ai le temps… Il y avait aussi une machine à cocktails qui m’a rappelé le piano de Boris Vian dans l’Écume des jours, un prétexte motivant pour construire son instrument!

En plus je n’étais pas la seule à présenter de la céramique cette année, il y avait aussi Emmanuelle Poirier qui termine un cursus aux Beaux-Arts et qui travaille avec des os de bovidés.

Notre stand a eu son petit succès avec les différents projets présentés par l’asso.

Et je suis soulagée de l’accueil fait à mes recherches autour de la terre, même si je ne proposais pas de voyage sur Mars comme la tente à côté!
Si on peut l’an prochain on ira tenir 2 stands distincts, Isa & moi d’un côté et l’asso du labo vannetais de l’autre.

Bref un événement génial qui laisse rêveur et où on en prend plein les mirettes, je vous conseille vivement de visiter la prochaine près de chez vous!

Retour sur terre et rêves terre à terre…

En rentrant me voilà sur-motivée à attaquer « la saison » et les marchés, car juste avant de partir j’ai reçu mon SIRET!
Diastem est officiellement une petite entreprise. C’est exaltant et en même temps super flippant, mais plus de retour en arrière possible ayé je suis immatriculée!Une longue liste de problèmes s’offre à moi, des produits à vraiment mettre au point aux prix à fixer, de la gestion du stock à celui du porte-monnaie.


J’aimerai rester dans l’esprit maker et continuer à partager un maximum de procédés et d’outils. M’inspirer aussi des modèles d’entrepreneuriat open-source. Difficile cependant d’offrir des produits gratuits quand chaque pièce nécessite plusieurs jours de travail… et qu’il faut manger!
Conjuguer artisanat et création libre, un défi de plus auquel s’attaquer?

Laissez vos impressions...