Biscuit de l’été

Ceux qui me suivent sur facebook le savent, j’ai passé mon mois d’août à plier du carton…

J’ai élargi ma collection de polyèdres

Les nouveautés: un composé de dodécaèdre et d’icosaèdre soit une boule à 96 facettes lorsqu’elle est complète, et un dodécaèdre tronqué qui se base sur le même patron que le triaki-icosaèdre mais où les plis sont inversés.

Hasard concret & déformations

Dès l’instant où je trempe ces formes leur aspect m’échappe, la physique reprend ses droits et les plis travaillent quand la terre sèche. Au delà des imperfections de mes collages en carton, l’épaisseur et la composition de ma barbotine, la température extérieure, l’humidité ambiante… sont autant de facteurs qui influencent le résultat.

La cuisson aussi apporte son lot d’aléas, les distorsions esquissées par l’eau doivent supporter les forces de rétractation. Sur cette fournée les plus grandes pièces ont toutes souffert de cette réalité et leurs arrêtes présentent des trous, des craquements…

L’ouverture du four biscuit m’a un peu affolé: même si j’adore les formes obtenues je n’espère pas vendre de vases percés… Parce qu’il y a une vingtaine de pièces en tout, des semaines de travail à l’avenir incertain. (Plus de photos par ici)

Heureusement le réseau est là!
En présentant ces résultat sur facebook j’ai obtenu les conseils de Cat Trochu et d’autres spécialistes et j’ai maintenant plusieurs pistes pour tenter une réparation! Donc un grand merci, j’ai hâte d’essayer et j’espère bien sauver quelques objets grâce à ces recettes, mais ce sera l’objet d’un autre article.

Rendez-vous à la sortie du prochain four d’émail donc!

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

2 Commentaires

  1. Valérie

    coucou,
    je me demandais comment tu faisais tes pièces et là j’en reste baba. Que de patience.
    J’en suis encore plus fan.
    Babbunette

Laissez vos impressions...