On a réussi à faire mes veilleuses!

J’en avais rêvé, on l’a fait ! Je ne sais pas si vous vous souvenez mais en juin on a franchi la première étape : aboutir un objet en grès translucide. Cette recherche m’aura occupé tout 2016, entre les premières formes biscuitées à l’atelier d’Isabelle en janvier et la finalisation du programme lumineux à la veille de Noël.

Côté céramique, avec la technique de « trempette » on obtient une très grande finesse et des cloches qui sont donc capables de laisser passer la lumière à travers la terre. Des ouvertures et des embossages décoratifs sont aussi permis, et chaque pièce est unique par ses déformations et par les positions de ses étoiles.

Jouer en nuances dans cette opalescence

Au mois d’août on se penchait sur l’éclairage. Les cloches géométriques sont tellement fines qu’il serait dangereux de les placer sur une bougie: en quelques secondes leur température dépasse le seuil manipulable et atteint le brûlant. On réfléchit donc à une ampoule LED qui ne génère pas de chaleur, et déjà en blanc c’est joli.
Mais au fablab j’ai découvert que grâce aux LED RGB et à Arduino on peut programmer différents cycles lumineux pour nos merveilles: effets arc en ciel, changement d’intensité, couleurs adaptées à la pièce céramique…

 

Intégrer un peu d’électronique

Pour  contrôler la luminosité de chaque veilleuse il faut un bouton et une carte intelligente. Et pour que les LED s’allument, un peu d’électricité. Un défi que de faire rentrer ces composants dans un socle pas trop imposant!
Relevé cet été grâce à une série d’essais : en 4 tranches de contre-plaqué et de medium on construit un « bouchon » discret.
L’alimentation se fait par un cable miro-usb, c’est à dire un chargeur standard de téléphone comme on en a tous à la maison.

Dans le futur j’aimerai réfléchir à une version « sans fil »…

Objets uniques en petite série.

Le socle en bois offre aussi le moyen de distinguer chaque lampe. Par la couleur de sa peinture et surtout par une gravure dans le thème: une constellation différente orne et intitule ces précieuses pièces.

J’aime cette façon de « signer » les lampes uniques, assez discrète et cohérente avec le décor du grès ajouré.

Programmer la lumière

Après moults essais on a réussi à peaufiner une boucle qui me plaît bien : arc en ciel – feu de bois – blanc vivant – gouttes de pluie – couleur – arc en ciel – éteint.

+ d’infos sur le programme Arduino utilisé, les étapes de réalisation et les sources sur le site de l’association MakerSpace 56 qui m’accompagne dans mes projets.

Finir un « vrai produit »

De l’idée à l’objet c’est une année de passée. J’ai pu aboutir grâce à beaucoup d’aide et de coups de pouce:
Isabelle Thomas qui a bien voulu mettre du carton dans son four et m’a permis d’expérimenter dans son atelier,
MakerSpace 56 et ses adhérents qui m’ont appris à souder et à programmer, entre autres talents,
mon mari aussi qui a beaucoup contribué à ce que mes lampes soient prêtes dans les temps.

Pour aller au bout de la réalisation il manquait aussi un emballage digne de ce nom. On a ressorti nos cadres de sérigraphie pour semer des étoiles blanches sur du carton et des planches de medium. Un petit tour sous une découpeuse laser et on obtient de jolies boîtes « professionnelles ».

Il en reste… 5!

Sur les 15 pièces abouties,
2 sont exposées à Josselin dans l’atelier de Stéphanie, un endroit et un univers à visiter!
Ici il me reste 5 de ces merveilles, pour les voir et les commander : contactez-moi

2 Commentaires

  1. Juliette A.

    Un travail magnifique, bravo !

Laissez vos impressions...